Bienvenue Chevalier
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LIVRE I Au commencement...

Aller en bas 
AuteurMessage
Chevalier Albayu
Seigneur Administrateur
Seigneur Administrateur
avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 19/05/2015

MessageSujet: LIVRE I Au commencement...   Mar 19 Mai - 22:40

Au commencement...

Au commencement, ils arboraient les couleurs du champ.
Ils cultivaient la terre en seigneurs indépendants, avec pour seul but, la bonne récolte au sein de leurs domaines.
Ces seigneurs étaient de paisibles souverains de bourgades et de villages.
Ils administraient leurs terres avec intérêt, mais bienveillance.
Loin des querelles politiques des sénéchaux du royaume ou des différentes maisons qui convoitaient le trône, ils avaient tout de même à leur service des hommes en armes afin de défendre ou conquérir les hameaux alentours.

La féodalité en ces temps-là était en naissance et les grandes maisons du royaume laissaient les seigneurs indépendants et d'alignement neutre, libre de gouverner leurs territoires.
En terres de Poitou, d'Anjou et de Bretagne, régnait la maison du lion.
Et même si elle garantissait la paix à ses vassaux neutres, les indépendants avaient déjà le souci de s'unir.
Ils allaient redorer le blason d'une des vingt maisons fondatrices des sept pays et après de nombreuses chevauchées à travers les bourgades du royaume rouge, ils rassemblèrent une soixantaine de seigneurs adhérant au projet d'unité.
Ces seigneurs étaient tous les vassaux de la seizième maison.
Ils prospéraient comme expliqué plus haut, mais ils pressentaient les grandes guerres arriver. Lors de ces grandes guerres, les vassaux pourtant neutres d'alignement étaient considérés comme collaborateurs à un suzerain peu regardant sur leurs affaires, mais qui, il est vrai, percevait une taxe et avait le droit de placer des troupes en garnisons en terres vassalisées.

C'est donc sachant cela que les fondateurs de l'ordre choisissaient de s'unir sous la bannière de la 14e maison.
Ils s'étoffaient alors de bleu marine et revendiquaient la férocité du sanglier, leur nouvel emblème commun.

Des routes furent aménagées entre seigneurs et des suzerains furent élus afin d'évincer les suzerains du royaume rouge.
Ainsi, progressivement, patiemment et au départ de longues batailles diplomatiques, les soldats bleus allaient remplacer les rouges.

Les domaines de cette nouvelle organisation étaient resplendissants, et l'économie des seigneurs de la 14 e maison était florissante.

Malgré cela, la guerre tant attendue commençait.
La 16e maison allait affronter la 15e qui revendiquait la Bretagne entière.
Le Maréchal de la 15e maison, fils de l'arrière-grand-oncle du défunt duc de Bretagne prétendait à la succession de son aïeul.
La guerre allait faire rage dans les trois pays du royaume rouge.
Les troupes de la licorne affronteraient celles du lion.
La licorne avait l'aide du loup et le lion était seul.

Les seigneurs de la 14e maison savaient que tôt ou tard, la guerre viendrait frapper aux portes de leurs seigneuries.
Et en effet, les ambassadeurs pourpres ne tardèrent pas.
Un matin, les sénéchaux, les gouverneurs, les rois du royaume et le maréchal Rouge et ses ambassadeurs s’annoncèrent à la place forte des seigneurs sangliers.
Ils furent accueillis dans ce lieu de ralliement de leurs hôtes, véritable forteresse qui, malgré les occupations agricoles des seigneurs de la 14e maison, laissait au maréchal d'agréables pensées quant au potentiel militaire de cette nouvelle force qu'il venait querire.

Après de multiples débats, les seigneurs autrefois vassaux de la maison rouge, refusèrent de s'engager dans une guerre dont ils ne comprenaient pas l’intérêt.
Ils s'étaient rassemblés et unis afin de pouvoir dire non à des propositions telles.
La troupe rouge quitta la forteresse agacée sous le regard fier des seigneurs et de leurs soldats bleus.

Les jours passèrent, mais un mois plus tard, toujours au matin, la troupe revint.
Les soldats avaient remplacé les ambassadeurs et leur chef avait échangé sa coiffe de cérémonie pour un heaume de guerre.

La rencontre se fit à mi-chemin entre la forteresse du sanglier et l'attroupement de l'Armée rouge.
Le maréchal Pourpre ne parlait plus en diplomate, mais en roi de Bretagne qu'il était aussi.
Et ces mots furent menaçants.
Il démontra à son auditoire qu'il était venu le temps du choix.
"Avec le royaume ou contre lui !"

Malgré la fierté des seigneurs de la forteresse, la nécessité de protéger les jeunes vassaux de la récente organisation devenait prioritaire.

Ainsi à choisir, il était plus justifiable d'entrer en guerre contre l'envahisseur que contre l'occupant déjà tout prêt, assiégeant déjà la forteresse diplomatiquement parlant.

La ferronnerie remplaça la culture de pomme de terre, les seigneurs levèrent leurs armées.
Constituées de paysans venus travaillé en des terres plus 'libres' et de quelques nobles désargentés en quête d'avenir, ces armées qui levaient dignement la baniere du sanglier, représentaient la 14e maison.

La motivation était la priorité des Souverains de la forteresse.
Il fallait accepter le destin et épouser la cause des contraignant plutôt que de subir le destin guerrier au risque qu'il anéantisse le travail de structuration accompli jusqu'alors.

Cette guerre serait alors une épreuve précoce qui permettrait de juger la solidité des fondations précaire d'une organisation pleine d'espoir.

La guerre fut longue mais déjà entamée depuis longtemps avant l'arrivée des nouveaux alliés du roi de Bretagne, les nouveaux venu dans la Bataille sonnaient le glas de l'invasion de la 15e maison venu de Belgique.
La licorne briserait alors sa corne batailles après batailles jusqu'à se rendre quelques mois plus tard.

Le calme retrouvé, la 14e maison ayant survécu, il fallait reconstruire, apprendre de la guerre entre seigneurs à présent rompus aux rudiments de la guerre.

Avec la victoire, la fierté des souverains de la 14e maison grandissait. Leur fierté allait bientôt être égalée par leur désir de posséder des territoires complètement.
Car jusqu'à présent, ils étaient propriétaires par la bénédiction du Maréchal rouge de quelques bourgades. Ils voulaient gouverner et régner sur un pays !

La Normandie était une terre sauvage, mais une population déterminée pourrait y apporter ordre, culture... Civilisation !
Revenir en haut Aller en bas
http://chevaliernoir.1fr1.net
 
LIVRE I Au commencement...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Skavens] Réactions sur le nouveau Livre d'Armée
» [Fan-Fiction] La légende de Denta-nui livre 1: Huit Makuta.
» Le Livre des Merveilles ("Le Devisement du Monde") - Livre premier
» Ethique à Nicomaque, Livre X
» Ethique à nicomaque, Livre VII

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'Histoire de notre ordre-
Sauter vers: